il y a 2 ans
Recomposition

Je vous ai trop aimé pour vous laisser croire que le changement qui vous paraît en moi soit un effet de ma légèreté; je veux vous apprendre que votre infidélité en est la cause…

Oui, elle en est bien la cause mais je vous ôte la responsabilité de ses conséquences. Je m’en garde ses plaisirs en vous passant les remerciements. Ce serait vous accorder trop d’honneur. 

Oui je vous ai aimé plus que de raison. La raison d’une gamine de 16 ans qui tombe en amour comme on entre en religion, en guerre, comme on tombe d’une chaise. Certes on ne compte qu’en mois le jour où nos regards se sont croisés, mais cette pauvre fille qui rougissait sous vos oeillades mornes me fait doucement sourire à présent. 

Je ne vous remercierai pas d’avoir couru la coquine à tous vents pendant que je soupirais d’amour dans ma cage dorée, guettant le moindre signe de tendresse de votre part. Je ne vous remercierai pas d’avoir laissé les rideaux de votre chambre ouverts ce soir là à mon regard espion.

Oui j’ai guetté vos deux ombres. Ou plutôt la tienne, plume à la main, griffonnant les mots enjôleurs qui ferait rosir mes joues de vierge effarouchée. Puis l’ombre d’énormes fesses servant de pupitre à ta prose.

Je ne te remercierait pas non plus de m’avoir brisé le coeur cette nuit là. Celle où j’ai souffert plus que de raison. Oui j’ai souffert.

Puis l’aube s’est levé. J’ai fermé mon coeur au sceau de ta trahison et ouvert les yeux sur l’horizon. S’il n’y a pas d’amours heureux, il y a pour sûr les joies de la chair. 

Je ne te remercierai pas du bourdonnement d’amants qui résonne désormais autour de mes jupons. Vois à présent la reine butineuse à la tête de son essaim de courtisans dociles, garde tes mots enjôleurs pour les midinettes de passage. Te remercier serait t’accorder trop d’honneurs. Je t’accorde en consolation le bénéfice d’une mince gratitude pour avoir été l’objet de mon premier amour, celui par lequel fallait bien commencer. Le sort a voulu que ce soit toi. Félicitations. 

Votre coeur a été partagé et une autre, vous m’avez trompée; cela suffit pour m’ôter le plaisir d’être aimée de vous, comme je croyais mériter de l’être, et pour me laisser dans cette résolution que j’ai prise de ne vous voir jamais et dont vous êtes si surpris. 

La Princesse de Clèves

Madame de Lafayette


Chalk Board theme by Polaraul